Chômage mal-être au travail : faites appel à un coach !

Perte d’un emploi, tensions entre collègues… Il n’est pas toujours facile de dénicher un poste à la fois adapté à sa personnalité, à la hauteur de ses ambitions et source de bien-être. Saviez-vous qu’il existait des coachs formés dans le développement professionnel ?

> Avec Ana Fernandez, fondatrice d’EnergyCoaching, diplômée de « Pratiques du coaching », Paris 8.

En décembre 2012, la France comptait plus de 3, 13 millions de chômeurs de catégorie A (sans aucune activité professionnelle). Sur le chemin du retour à l’emploi, il n’est pas toujours facile de garder confiance en soi, de rester motiver et de savoir quelle stratégie adopter pour se démarquer. Un sentiment de mal-être peut également survenir lors d’une prise de poste ou d’une mutation. Pour surmonter ces différentes étapes, il est possible de faire appel à des coachs spécialisés dans le développement professionnel. Petite mise au point sur le coaching, profession à la mode mais souvent méconnue.

Distinguer coaching et gestion de carrière

Pour commencer, il faut bien faire la distinction entre coaching et gestion de carrière.

 Le coaching est une thérapie comportementale orientée sur une problématique précise. Un coach va, par exemple, tenter d’aider un client à surmonter sa timidité au travail ou à devenir un bon manager, ni trop autoritaire, ni trop gentil. Il va se pencher sur un point précis du comportement du client.

– Un consultant en gestion de carrière va davantage se concentrer sur la carrière du client en elle-même, sur son orientation. Il doit savoir faire une étude de marché, avoir un discours cohérent avec la réalité du marché, afin de pouvoir orienter le client vers des pistes sérieuses.

Un coach, lui, ne va donner aucune expertise. « Il ne va pas juger la personne. Il va lui poser des questions, essayer de comprendre ce qui la fait souffrir », explique l’experte. « Un coach qui s’amuse à faire de la gestion de carrière ne parviendra à aucun résultat. »

Où trouver un coach ?

Trois associations reconnues recensent sur leur site des coachs professionnels sérieux qui exercent en France. Rendez-vous sur :

– ICF France (International Coach Federation)

– EMCC France – AEC (Association européenne de coaching)

– SF coaching (Société française de coaching)

Certains coachs diplômés ne souhaitent pas forcément adhérer à ces associations en raison de leur coût. Ils n’en restent pas moins des professionnels dignes de confiance. À vous de prendre le temps de vous assurer du sérieux du coach que vous avez repéré.

Comment distinguer un coach sérieux d’un escroc ?

 Selon Ana Fernandez, 1 000 coachs débarquent sur le marché chaque année. « Certains d’entre eux peuvent être des charlatans. » Comment repérer un « vrai » professionnel parmi cette horde de « gourous » ?

Vérifiez ses diplômes

Le coaching, c’est un métier. Ça demande une formation, des compétences. Il existe actuellement deux diplômes d’État, la reconnaissance garantissant le sérieux des enseignements suivis. L’un est délivré par Paris 2 (master 2 « Coaching – développement personnel en entreprise »), l’autre par Paris 8 (DESU « Pratiques du coaching »).

Certains coachs passent plutôt par des formations certifiées. Les plus sérieuses présentent des caractéristiques similaires à celles des universités : longue durée (environ 18 mois), pluridisciplinarité (sociologie, psychologie, éthique, etc.), rendu de mémoire.

Ana Fernandez est indignée par « ces personnes qui se prétendent coach sans aucun diplôme (…) Elles se renseignent en surfant sur internet, en lisant des livres spécialisés. Ces gens-là ne sont pas sérieux». Le coaching ne se fait pas dans un bar entre amis. Avec la médiatisation du coaching, certains pensent que c’est un métier accessible en un claquement de doigt. C’est faux et surtout très dangereux. »

Renseignez-vous sur son parcours professionnel

D’où vient-il ? Comment en est-il venu au coaching ? Son parcours est-il cohérent ? Un coach qui n’a pour seule expérience que le coaching peut être un bon professionnel mais n’aura sans doute pas le même recul qu’un coach avec plusieurs années de terrain en entreprise derrière lui. Nous présentons nos CV et nos diplômes aux clients. Ils ont le droit de savoir à qui ils ont affaire. « Sur les 1 000 personnes qui se lancent dans le coaching chaque année, il n’y en a que 10 qui vont vraiment s’installer, constate Ana Fernandez. Le coaching n’est pas un passe-temps, c’est un véritable métier, une vocation. »

Jaugez son éthique

Si un coach vous demande de l’argent avant même le premier entretien, fuyez ! « Beaucoup de personnes se font une mauvaise image du coaching, remarque Ana Fernandez. Ils pensent que ce type de suivi n’est réservé qu’aux cadres, qu’à ceux qui ont de l’argent. C’est faux ».

Selon l’éthique respectée par les professionnels sérieux, le premier entretien est gratuit et le tarif adaptable en fonction du revenu du client.

Chez  EnergyCoaching, un entretien téléphonique gratuit peut être programmé au cas où la personne ne peut se déplacer. Ana Fernandez explique même qu’elle réalise certains suivis par téléphone pour des personnes un peu trop éloignées de l’agence parisienne ou des antennes provinciales de la société.

Lire la suite de l’article sur Reponseatout.com – 17/02/2013